Accueil

Release tour Germany 2014 for VOYAGE’s new CD:

 G E O G R A P H I A

(click to buy) 

SEE TOUR DATES

VOYAGE

Une sorte de « musique du monde », la musique d’un monde qui ne figurerait sur aucune carte
— Maurice Hogue,  « One Man’s Jazz »/taintradio.org

Michal Cohenvoix (Tel Aviv)
Chris Bacas
sax soprano, ténor (NY)
Stefan Bauer
– vibraphone/marimba (NY/GDR)
Pepe Berns
contrebasse (Berlin)
Roland Schneider
batterie (Berlin)

Pour son projet Voyage, le vibraphoniste Stefan Bauer qui vit à Brooklyn s’est entouré de musiciens qui partagent sa vision esthétique d’un son d’ensemble et jouent avec une aisance et une intensité remarquables. Le quintette est le format avec lequel le vibraphoniste Stefan Bauer s’épanouit le mieux en tant que compositeur et créateur de concepts. Cette « association » avec d’autres lui permet précisément un jeu coloré, souvent combinable et donnant de la puissance aux passages « tutti », tout en étant suffisamment souple et interactif pour emmener le public dans son voyage musical et transformer les passagers en auditeurs actifs.

La remarquable chanteuse israélienne Michal Cohen, avec son timbre de voix yéménite, ses extraordinaires capacités mélodiques et son talent pour le scat, contribue largement — par sa technique vocale, -mais également par sa force émotionnelle de soliste-, à donner à Voyage ce son si particulier. Le saxophoniste Chris Bacas, tout en puissance, vétéran des big bands d’Artie Shaw, Tommy Dorsey et Buddy Rich, est désormais une figure majeure de nombreuses formations « pointues » new-yorkaises. Ses solos enflammés sont aussi indispensables à Voyage que ses dialogues musicaux expressifs avec la voix, une composante essentielle de la musique de Voyage. Le contrebassiste Pepe Berns se révèle être l’épine dorsale virtuose de cette musique multiple et exigeante, prouvant ainsi qu’il est l’un des meilleurs contrebassistes d’Europe. Le batteur Roland Schneider combine la sensibilité d’un peintre sonore influencé par l’Europe avec une solide force rythmique acquise en 15 années passées à New York. Stefan Bauer, « L’un des meilleurs vibraphonistes de la scène internationale » (Percussion Creativ) et « l’un des conceptualistes les plus originaux de la musique improvisée » (Jazz Podium), complète, par le jeu dynamique qu’il entretient avec ses instruments rares, l’affiche exceptionnelle de Voyage, et la subtilité de sa direction musicale transforme cette formation en un ensemble interactif.

L’histoire

À la suite d’une invitation au Jazzfestival de Moers en 2006, Voyage a enchaîné plusieurs tournées en Allemagne, une invitation au Jazzkaar Festival en Estonie en 2008 (en collaboration avec le Goethe-Institut), un concert mémorable au théâtre russe de Tallin, suivi d’une autre tournée en Allemagne en 2012, avec les soutiens de la Région Rhénanie-du-Nord-Westphalie, de la marque automobile Škoda Auto et du Westdeutscher Rundfunk (enregistrement live durant le Jazzfestival Hamm).
Stefan Bauer Voyage, le premier CD du groupe, est sorti en 2008 sous le label Jazzhausmusik.de avec le line-up suivant : Michal Cohen - voix,  Chris Bacas  - saxophones soprano et ténor,  Stefan Bauer – vibraphone/marimba,  Ugonna Okegwo –  contrebasse, Ted Poor – batterie
et c’est sous ce même label Jazzhausmusik.de que sortira leur second disque ‘G E O G R A P H I A’ à l’automne 2013.

Le groupe-concept Voyage doit sa création à une invitation du Jazzfestival de Moers en 2006, lors duquel Stefan Bauer fut sollicité pour rendre hommage à Christoph Eidens, vibraphoniste de Cologne décédé l’année précédente. C’est Reiner Michalke, nouveau directeur artistique, qui, lors d’une visite à New York, avait alors incité Bauer à créer un groupe afin de jouer sa propre musique. Lorsqu’il commença à chercher des musiciens partageant l’idée d’un équilibre entre solistes et musique d’ensemble, Bauer songea immédiatement à Chris Bacas, qu’il avait connu lors de jam-sessions à Brooklyn. Là, son jeu passionné avait littéralement « cassé la baraque ». Il rencontra la chanteuse Michal Cohen -qui vivait à NY à l’époque-, au « Singers Forum » de Manhattan où ils étaient tous deux enseignants. Pendant la dernière de ses quinze années passées à New York, le batteur Roland Schneider et Bauer se retrouvèrent chaque semaine au Conservatoire de Brooklyn pour des sessions free en duo. Le contrebassiste Pepe Berns lui avait été recommandé par son mentor musical, le vibraphoniste David Friedman. Tous avaient bien en commun le désir d’un son collectif, qui s’exprime chez Bauer, Cohen, Bacas et se traduit parfois par des compositions « venues d’ailleurs » (par exemple de l’Inde), mais prend également la forme de vignettes sporadiques, totalement libres, et collectives. Le titre Voyage s’est imposé de lui-même, tant pour l’interprétation en hommage à Eidens par Bauer, que comme programme musical.

La musique comme véhicule pour des voyages sans limites ni frontières illustre la vie telle que conçue par Bauer, et qui se caractérise par une envie d’ailleurs, tant musicalement que géographiquement. La participation à des groupes aussi divers que Tyree Glenn jr.’s R & B Band (comme tromboniste !), à plusieurs des formations de Helge Schneider (entre autres comme pianiste), à la conception libérale de Collage 11, de Eckhard Koltermann, à de nombreuses productions comme celles de l’entreprenant producteur de la WDR des années 80, Urich Kurth (Vinnie Golia, Saxophon Mafia, Elima, das Gamelan Projekt, Klaus Koenig Orchester, etc), au trio de Doug Hammond, précurseur du M-base, au groupe nouvelle vague allemande « Palais Schaumburg », au Uli Beckerhoff Group, à l’ensemble de percussions futuriste « Drümmele Maa » de Christoph Haberer et à bien d’autres projets, et donc l’expérience ainsi accumulée furent autant d’incitations pour Bauer à mener ses propres projets. C’est ainsi que le « Stefan Bauer Band », avec ses harmonies européennes mélangées aux sonorités groove américaines, fut longtemps considéré comme le « groupe culte » de la Ruhr. Simultanément, les voyages (souvent à l’invitation de l’Institut Goethe) le conduisirent vers des terres lointaines et des expériences musicales locales qui allaient se révéler une source d’inspiration supplémentaire et riche, ainsi qu’en témoigne le CD « Lingo » (Jazzhausmusik.de), qui l’amena à être invité en Afrique une seconde fois. C’est à ce moment précis, qui fait partie de l’histoire du jazz allemand, après une tournée de 7 semaines, que Bauer commença à ressentir cette envie des voyages. Elle le mena avec sa femme éthiopienne au Canada, une expérience particulière, qui le conduisit après une dizaine d’années et quelques CD, à déménager une nouvelle fois avec sa famille, cette fois-ci pour Brooklyn. Et c’est depuis Brooklyn que Bauer organise désormais ses voyages musicaux qui l’amènent souvent et volontiers en Europe.